03 67 10 66 75
 

Qualité de l’air : évolution de la société

 

Air pur

Evolution future de la règlementation

La pollution aux particules fines revient de plus en plus souvent au-devant de l’actualité. On entend très souvent parler de la pollution de l’air en milieu urbain, des pics de pollution aux particules fines…

Actuellement, les normes Européennes n’imposent pas de réglementation sur les particules ultrafines. Mais des scandales sont en train de remettre en cause cette tendance. 

 

Focus sur les particules les plus fines

Fos-sur-mer

En 2017, on dénombrait deux fois plus d’infections pulmonaires, de cancers et de maladies cardiaques à Fos-sur-mer que partout ailleurs en France. Cette ville se trouve dans une des grandes zones industrielles d’Europe qui comprend des raffineries, des dépôts pétroliers et une immense aciérie…

Après analyse des émissions de particules, les scientifiques ont trouvé des résultats dans la norme pour les particules supérieures au PM 2.5. Mais il a été démontré que ces usines produisaient de nombreuses particules PM 1, des COV, CMR… ce qui rend leurs émanations extrêmement toxiques. Mais malheureusement, les mesures des concentrations de particules PM 1 n’est que très récente. La communauté scientifique s’accorde à dire que ce serait elles les principales responsables de l’augmentation flagrante des maladies dans ce bassin d’activité.

L’association de Défense et de Protection du Littoral du Golf de Fos sur Mer s’est emparée du dossier afin proposer des solutions pour améliorer la qualité de l’air, de surveiller les émanations de polluants atmosphériques et intenter des recours en justice.

 

Voir l’article complet

 

Les pics de pollution aux particules ultrafines dans les villes

Les grandes villes en France et dans le monde subissent régulièrement des pics de pollution aux particules ultrafines. Selon le ministère de la Santé, il faudrait réduire au maximum les activités physiques, éviter de sortir, consulter un médecin en cas d’apparition de symptômes…

Or, les usines, ateliers et entrepôts dont les polluants générés par les process de fabrication et de manutention ne sont pas (ou mal) captés, développent une pollution qui s’apparente aux pics dans les grandes villes. Les mêmes recommandations devraient théoriquement s’appliquer aux salariés ce qui entraineraient une baisse significative de productivité.

 

Aujourd’hui, il y a peu d’obligations relatives aux particules ultrafines mais qu’en est-il de demain ?

Ce type de scandales, le taux de mortalité en lien avec la pollution atmosphérique, l’augmentation des maladies dues aux particules fines, etc. poussent les autorités à plus de vigilance. C’est le cas, dans nos villes avec la restriction des véhicules les plus polluants, actions sanitaires et sociales, etc.

Cela a pour conséquence un durcissement des règles de sécurité liées aux particules fines. Aujourd’hui les mesures se font aussi bien sur le diamètre que sur la composition des polluants. De plus, on constate un accroissement des sanctions en cas de maladies professionnelles.