Quelles sont les solutions pour traiter la poussière et les solvants en même temps ?

Le monde de l’industrie et ses process de fabrication génèrent de façon systématique des particules de poussière, des vapeurs organiques ou non et des solvants, nocifs pour les salariés. Il n’existe cependant pas une unique solution d’aspiration industrielle pour le traitement de ces poussières et solvants.
Après avoir détaillé les risques d’exposition pour les travailleurs, nous allons lister ci-après les différentes solutions utilisées par l’industrie pour le traitement des poussières et des solvants issus des activités de production.

Les risques d’exposition aux poussières et aux solvants

l’Assurance maladie Risques professionnels et les services de l’État sont mobilisés depuis longtemps sur le risque encouru par les salariés de l’industrie qui respirent des poussières et des vapeurs de solvant dans leur environnement de travail. Ses études sont axées sur la prévention des risques.

D’où proviennent les risques ?

Quelle que soit la source de l’émission de ces particules et de ces polluants, les pouvoirs publics attirent l’attention des dirigeants sur la nécessaire prévention des risques d’exposition à ces produits.
L’émission de poussières peut être générée par les process de l’industrie du bois ou les installations d’activités de production. La mise en œuvre de la fabrication des produits chimiques ou encore des hydrocarbures génère, quant à elle, de nombreux solvants et vapeurs organiques ou inorganiques.

La prévention du risque d’exposition aux poussières et aux solvants

Si l’industrie qui génère ces polluants n’a aucune possibilité de mise en œuvre de produits de substitution, sans risque pour le système respiratoire, elle a le devoir de proposer des mesures d’installations de systèmes de filtration ou de captation des poussières et des solvants.

Les systèmes mixtes pour la poussière et les solvants

Lorsqu’il faut traiter à la fois les poussières et les solvants, il faut combiner dans un même équipement deux types de filtration.

Une filtration particulaire (pour la poussière et les particules) ;

Filtration particulaire

Une filtration moléculaire (pour les gaz : vapeurs et solvants).

Filtration moléculaire

Si la concentration de poussière est importante, on choisira un dépoussiéreur avec des filtres régénérables par un dispositif de décolmatage et une filtration terminale sur charbon actif. Si la concentration de poussière est faible, on pourra choisir une filtration mécanique à saturation (filtres jetables non régénérables) et une filtration terminale sur charbon actif.

Les systèmes mixtes pour traiter les poussières et les solvants peuvent être de plusieurs types : fixes ou mobiles, de petite ou grande capacité, ils doivent être adaptés à l’environnement de travail. Leur puissance d’aspiration et de filtration peut varier selon la nature des poussières et solvants.

Si le besoin prioritaire consiste à traiter la poussière, on aura donc recours à un traitement anti-poussière, auquel on ajoutera un système pour les solvants. Par exemple, on utilisera un dépoussiéreur avec un étage complémentaire permettant traitement des solvants. En revanche, si le problème principal concerne les solvants, on va utiliser un appareil pour les solvants et lui ajouter un appareil pour traiter les poussières (préséparateur). Pour mémoire, le charbon actif ne filtre pas la poussière. Il se dégrade à son contact. Pour éviter de saturer le filtre à charbon trop vite, il est important de d’abord traiter la poussière.

Quelques cas d’utilisation

Voici quelques exemples concrets d’utilisation industrielle.

Ateliers de matériaux composites (fibre de carbone et fibre de verre)

On retrouve ces ateliers dans le domaine de la Défense et dans la fabrication de bateaux ou de voitures de compétition. Durant la phase d’application de la résine, on traite les solvants. Lors de la reprise par ponçage ou la découpe, on traite majoritaire les poussières mais un dégagement simultané de gaz est possibles par l’échauffement des surfaces en résine. En cas de quantité importante de poussière, on a recours à un dépoussiéreur industriel avec décolmatage automatique, qui utilise des filtres régénérables et nettoyables. Le filtre à poussière n’arrêtant pas la fraction gazeuse, un étage de filtration supplémentaire au charbon actif doit être mis en place.

Les reprises de peinture sur des lignes de fabrication

En présence de peinture, il est nécessaire d’avoir recours à un traitement des solvants. Un filtre à saturation permettra de séparer les molécules de peinture et un 2e étage de charbon actif (polluant gazeux) sera mis en place. Ils pourront être traités grâce à des caissons mobile de filtration ePURBOX

Injection plastique

En cas de moulage par injection, sont générées des poussières de plastique et des fumées. Compte tenu de la dégradation thermique du plastique, un traitement du polluant gazeux par charbon actif devra être mis en œuvre.

Découpe laser, marquage laser sur plastique ou imprimante 3D

La dégradation thermique engendrée par ces activités génère de la fumée (polluant gazeux) et des polluants solides. Ils pourront être traités grâce à des caissons de filtration ePUREx 1000, 2000 ou 3000.

Encollage

Les secteurs de l’automobile et de l’aéronautique utilisent cette technique d’encollage. Elle génère des polluants gazeux et la reprise en ponçage occasionne des émissions de poussière.

Vous êtes un professionnel de l’industrie ? Vous recherchez le système idéal ? N’hésitez pas à nous demander la fiche correspondant à votre besoin de mise en œuvre.

Laisser un commentaire