Filtration de poussière et VLEP : le point réglementation

Une poussière est une particule dont la taille est inférieure à 100 microns. Les valeurs limites d’exposition professionnelle (règlementation VLEP) indiquent les mesures à prendre concernant la poussière au travail. Poussière et VLEP conduisent à mettre en place le contrôle de la qualité de l’air. Pour vous aider, l’INRS informe sur la prévention et la protection contre l’exposition à la poussière au travail.

Vous voulez sécuriser votre activité professionnelle et réduire les risques sur la santé ? Nous vous accompagnons en vous donnant des informations fiables.

Définition des poussières et prévention

Les poussières sont des particules de structure cristalline : une poussière est de forme ronde, aux contours anguleux et au potentiel abrasif. Toutes les particules de taille inférieure à 100 microns (0,1 mm, PM 1, PM 2,5 et PM 10) appartiennent cette catégorie d’agents dangereux. Quand le taux de concentration de PM 2,5 (taille 2,5 microns) est important, l’exposition professionnelle présente des risques de cancer.

Poussière au travail : les différents types

Les salariés connaissent peu les risques d’exposition au travail. L’évaluation des risques, la prévention et la protection des effets dangereux des poussières sur la santé sont de la responsabilité des entreprises. Deux grands types de poussières existent :

  • poussières inorganiques (poussières industrielles).
  • poussières organiques (entreprises textile, agroalimentaire).

Les poussières les plus dangereuses pour la santé

Les poussières de taille inférieure à 10 microns (PM10) atteignent les cellules alvéolaires pulmonaires. Les poussières fines passent directement dans le sang. Les poussières de taille inférieure à PM1 sont les plus dangereuses et présentent des risques CMR, cancérogènes et pathogènes élevés. Le diagnostic de la qualité de l’air au travail est alors indispensable. Plus les poussières sont fines, plus leur concentration dans l’air est élevée, plus elles restent en suspension longtemps (de 1 à 40 heures).

Plus les poussières sont fines plus leur temps de sédimentation est long. Pour exemple les particules de la taille d’un cheveu (50µm) sédimentent rapidement (environ 6s par mètre). Elles sédimentent à proximité de leur zone d’émission ou restent en suspension si le mouvement d’air est suffisamment important pour empêcher leur sédimentation. A contrario les particules de 0,1µm se comportent de manière similaire aux molécules. Elles se déplacent selon un mouvement Brownien (aléatoire) restent donc en suspension et n‘ont pas de vitesse de sédimentation mesurable. Elles chutent d’un mètre en 20 jours sans perturbation. On comprend aisément que sans mouvement forcé (aération, ventilation mécanique, aspiration centralisée, purification d’air), ces particules les plus fines et les plus dangereuse ne sédimentent jamais et restent en suspension.

Poussière et VLEP : ce que dit la réglementation

Comment interpréter le rapport poussière et VLEP en entreprise ? Considérez qu’une poussière professionnelle provient des process de fabrication, des déplacements d’engins ou des manipulations de marchandises et de produits. La multiplicité des poussières en suspension présente des risques pour la santé. La loi a créé une classification des poussières par niveau de pénétration dans l’organisme.

Particules alvéolaires et environnement de travail

Le rapport poussière et VLEP produit des résultats différents selon la taille des poussières. Les particules alvéolaires sont celles dont le diamètre est inférieur à 4 microns. Nous l’avons vu, l’OMS abaisse le seuil à 2,5 (PM 2,5) considérant que ces particules sont les plus dangereuses. Le contrôle permanent en espace de travail est possible par l’installation d’un boîtier, d’une sonde ou d’un analyseur d’air.

Poussières thoraciques et pénétration : quelles valeurs ?

Les voies respiratoires supérieures filtrent ces poussières dites totales. Leur taille n’excède pas 100 microns, et leur fraction thoracique est inférieure à 10 microns. Elles pénètrent dans les poumons, peuvent irriter les bronches et constituent des risques d’asthme.

Poussière et VLEP : valeur limite d’exposition 8 heures

La VLEP contraignante (concerne l’amiante, le bois, la silice et la céramique cancérogène) est une valeur référence pour tout risque différé sur la santé d’une exposition. Ces outils visent le monde du travail, l’INRS les utilisent pour établir ses guides sécurité et santé. Le contrôle officiel des VLEP en entreprise est du ressort de la COFRAC.

À lire aussi : Qu’est-ce qu’une Valeur Limite d’exposition professionnelle ou VLEP ?

Valeur limite d’exposition professionnelle (VLEP) 8 heures

Le Code du travail définit le niveau de la VLEP 8 heures, en condition normale de température. La concentration moyenne des poussières totales doit être inférieure au seuil de 10 mg/m³ d’air. La concentration moyenne des poussières alvéolaires doit rester sous le plafond de 5 mg/m³ d’air.

À lire aussi : Quels sont les risques en cas de non respect des VLEP ?

Poussière et VLEP 8 h : quelques exemples

Certaines particules ont des effets plus nocifs sur la santé. La mesure de la VLEP est plus stricte : poussière de bois 1 mg/m³, poussière de silice entre 0,1 et 0,005 mg/m³, poussière de lin 0,2 mg/m³, amiante 10 fibres/cm³. En cas de dépassement l’entreprise doit prendre des mesures de protection et de prévention.

Des solutions de filtration et dépoussiérage existent

Vous avez une problématique d’empoussièrement dans vos ateliers ? OBERA est spécialiste du traitement de l’air et du dépoussiérage depuis 20 ans. Protégez vos collaborateurs et votre productivité, appuyez-vous sur notre expertise. Remplissez notre formulaire de contact pour obtenir des réponses à vos questions.